01/09/2017

De l'usage du guillemet

Le choix de ce signe typographique comme titre de mon blog souligne mon amour de la langue. Le mot lui-même suggère un certain ton, puisqu'en remplaçant le "m" par un "r", il prend l'air guilleret, au son du guilleri du moineau. 


Les guillemets, ce couple indissociable, comme les parenthèses, sont un signe de fidélité. Lorsqu'un entre dans le champ, il engage l'autre, inévitablement. Et on a l'impression d'être entre nous.

Ils permettent de se distancier d'un terme, comme si on le prenait avec des pincettes, en se bouchant le nez. Ils permettent aussi de citer ce qu'on aime ou ce qu'on déteste. Bref, c'est un signe d'une grande souplesse tout en étant parfaitement rigide.

Les guillemets ont été introduits dans l'imprimerie par un nommé Guillaume.  On aurait pu les appeler guillaumets. Le changement est dû à une contraction du son. Il n'en reste pas moins que le guillemet est lié à Guillaume. Et des Guillaume, ils remplissent les pages des dictionnaires. J'avoue ne pas connaître les coordonnées de notre imprimeur. Mais je reviendrai plus tard à d'autres Guillaume.

Pour l'heure, en parcourant des dictionnaires de langue française - c'est mon dada - les mots débutant par "guille" inspirent autant de plaisir que d'effroi. On s'amuse à courir le guilledou, mais on blêmit de terreur devant la guillotine.

Une race d'oiseaux palmipèdes arctiques, ressemblant au pingouin, porte le nom de guillemots. Ils volent mal, mais nagent et plongent à merveille.

Dans un glossaire genevois du 19e siècle, l'expression "en guillemette" signifie "en pile": les livres sont en guillemette, ils menacent de tomber. Ne vous approchez pas trop. Surtout si vous vous trouvez dans la situation du guille.

En effet, dans le même glossaire, on décrit un personnage guille comme à demi-ivre. Sans doute parce qu'il a trop ouvert le guillon, le robinet du tonneau, d'où la Confrérie du Guillon, les amateurs de vin vaudois. Guiller a la même origine: lorsque la fermentation de la bière pousse la levure hors du tonneau ou de la guilloire. "Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse", écrivait Musset.

Connaissez-vous la Complainte de Compère Guilleri? Ce nom évoque trois frères qui s'étaient illustrés dans les combats de la Ligue catholique au 16e siècle et qui se distinguèrent ensuite par de fameux brigandages. Ils finirent exécutés, non pas par la guillotine qui n'existait pas encore, mais roués vifs. Pourtant les paroles "Il était un p'tit homme, Qui s'appelait Guilleri, Carabi" ne semblent guère se rapporter aux trois frères. Peut-être l'un des trois s'était-il amendé, puisqu'il remercie pour l'aide reçue: "ça prouve que par les femmes, L'homme est toujours guéri", conclut-il.

Nous nous lancerons une autre fois dans un florilège des Guillaume. Citons pour terminer Joseph-Louis marquis de Guilloutet. Membre du corps législatif sous le Second Empire, il fit voter un amendement à la loi de la presse aux termes duquel une amende frapperait toute allégation relative à la vie privée qui, disait-il, doit être murée.

Voilà une loi passée aux oubliettes de l'Histoire. J'aurais tendance à la regretter.

Anne Cendre

 

 

09:28 Publié dans Langue française | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Que voilà un thème original traité avec la maîtrise parfaite d'une auteure que nul ne songerait à mettre "entre parenthèses". Ce disant, vous aurez vu que j'ouvre et ferme les ...guillemets:-)

Écrit par : Jacques-Andre WIDMER | 03/09/2017

Les commentaires sont fermés.