02/10/2017

Drôle de grand-mère

"Si toutes les personnes qui se sont précipitées pour voir la grand-mère géante étaient allées rendre visite à leurs grands-mères… » Ainsi réagissait dimanche une infirmière dans une maison de retraite où, parmi les quelques visiteurs, ne se trouvait pas le moindre enfant.

géante.jpg


Comparaison tendancieuse, évidemment. De nos jours, le spectacle, le goût du spectacle sont inoculés dès le plus jeune âge. Panem et circenses disait-on au temps des Romains. Le pain et les jeux, signes de la décadence. S’y ajoute la démesure ; plus c’est grand, plus cela attire les foules. Et avec un titre comme La Saga des géants organisée par la compagnie Royal de Luxe (nom ronflant), tout était réuni pour intriguer et fasciner les populations.

Même s’il fallait s’y rendre à pied. Des familles nombreuses arpentaient les trottoirs et les rues – sans voitures, quelle aubaine – pour admirer les fameuses marionnettes et leurs habiles servants.

La qualité du spectacle méritait-elle cette affluence et, par conséquent, les mesures gigantesques prises par les autorités pour assurer la sécurité ? Tous les goûts sont dans la nature. Beaucoup de jeunes et de vieux se sont enthousiasmés. D’autres n’y ont vu que des nuisances insupportables que ne compensait pas l’originalité de la manifestation.

Difficile de rester indifférent vu l’omniprésence des cortèges. Chacun était concerné, qu’il le veuille ou non. On connaît le Genevois, souvent râleur. Eh bien, le week-end s’est plutôt bien passé. Les Genevois se sont montrés bon enfant. On se souriait. On rigolait. On profitait de l’aubaine.

S’agissait-il d’une entreprise commerciale ? Pas vraiment. Puisque l’initiateur de l’opération est un homme de théâtre, le même qui venait d’obtenir un magnifique succès dans les urnes avec le vote en faveur du nouveau théâtre de Carouge. L’idée de base était donc plutôt artistique. En plus, l’offre était totalement gratuite.

Qui a payé ? Des sponsors. A quel titre ? Pour le plaisir ? Les quelque deux millions de francs auraient-il été mieux utilisés ailleurs ? Question évidemment oiseuse. Mais on peut se la poser, surtout si l’on ajoute la participation de la police, de l’armée, de la protection civile, de la voirie, des transports publics et de la mise à disposition de l’espace public.

Même si les autorités de Genève, ville internationale, sont habituées aux problèmes de la sécurité intérieure, il y avait là un défi gigantesque. Qui a été brillamment relevé.

Je me suis posé ces questions, alors que j’entendais chez moi la banale musique et les discours vaseux sur la plaine de Plainpalais. Je vous avoue que je n’ai pas été captivée.

16:06 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Rendre visite à grand-mère... Merci Madame pour votre pertinence !
Je suis un fan de "entre guillemets" soit dit en passant.

Écrit par : fande | 02/10/2017

J'apprécie beaucoup votre réflexion en général.
Je tiens à relever la réflexion de l'infirmière d'un EMS qui met en évidence le peu de visites que reçoivent les grands-mères. Effectivement, ce qui est énorme, c'est que la grand-mère géante stimule peut-être l'imagination mais n'invite absolument pas à entrer en dialogue avec les personnes qui l'approchent. De plus, la voir dormir deux nuits n'enseigne rien sur le vécu nocturne des aînées dans l'existence courante.
Ainsi, la situation de spectacle n'apporte aucune incitation à s'engager dans la création d'une relation ni d'être à l'écoute du vécu de l'aînée.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02/10/2017

Les commentaires sont fermés.