08/10/2017

La barbe

Comme l’herbe après la pluie, la barbe pousse après l’été. Ce phénomène m’a particulièrement frappée lorsque j’ai retrouvé l’une de mes émissions TV préférées, La grande librairie : François Busnel est revenu barbu. Et il n’est pas le seul.

                                                                          Barbe Busnel.jpg


J’ai regardé autour de moi et sur les petits écrans. J’ai découvert dans les publicités télévisées que tous les jeunes hommes portaient une barbe de trois jours ou presque. Au spectacle mirobolant de ZUP tous les jeunes danseurs, patineurs, acrobates sur planche ou vélos en étaient ornés. Dans mon entourage également. C’est devenu un mode de vie. Est-ce l’influence des islamistes qui, eux, ont fait de la barbe une exigence ? J’espère que non.

Entretenir un menton rasé à un centimètre demande beaucoup de soin. Ces jeunes gens ont-ils tellement de temps à y consacrer ? Des coiffeurs ont saisi le couteau par le manche et se sont déguisés en barbiers.

A certains hommes, la barbe sied. Le premier ministre français, Edouard Philippe en est un bel exemple. Il s’y est mis assez récemment. Lorsqu’il faisait campagne pour devenir maire du Havre, il était encore imberbe.

Barbe Philippe.png

En revanche, Roger Federer, lorsqu’il est apparu barbu sur les courts cet été, n’a pas fait l’unanimité. On aurait dit un homme sortant d’un pénitencier. A ceux qui lui demandaient s’il allait la porter longtemps, il répondait qu’il se raserait quand ses filles lui diraient qu’il piquait.

Barbe Federer.png

Le directeur sportif d’une équipe belge de cyclisme a récemment interdit à ses coureurs de porter la barbe « pour l’élégance du cyclisme », disait-il. « Les restes de nourriture dans la barbe, c’est sale. » Les barbes de quelques jours, passe encore.

Curieusement, on retrouve aux alentours de 1900 le même engouement pour la barbe plus ou moins courte. Je pourrais citer d’innombrables exemples, de l’écrivain à l’homme d’Etat, du peintre à l’homme d’affaires.

Barbe Degas.jpgDegas

Barbe George V2.pngGeorges V

Barbe Nicolas II.pngNicolas II

Autrefois, une jeune barbe signifiait un jeune homme sans expérience tandis qu’une vieille barbe était quelqu’un qui nous ennuyait, nous rasait, nous barbait. Tout passe, tout lasse. Et rien n’est nouveau sous le soleil.

15:20 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Tout passe, tout lasse."
Et c'est toujours la mode qui commande, même à ceux qui se veulent différents ou originaux.

Écrit par : Mère-Grand | 08/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.