05/11/2018

La saison des éternuements

La saison des éternuements et des rhumes est arrivée.

Pourquoi certaines personnes éternuent-elles bruyamment, d’autres doucement ? Les uns laissent libre cours à leurs sternutations, d’autres s’efforcent de les dissimuler, au risque de s’étouffer.


Un chercheur de Chicago, Alan Hirsch, a établi une théorie à ce sujet. Les éternueurs bruyants seraient extravertis, tandis que les discrets seraient introvertis. Il rapprocha ces effets sonores à ceux du rire. Lorsqu’il publia ses idées, les critiques explosèrent, lui en prouvant l’inanité. Des timides lui affirmaient qu’ils éternuaient très fort, contrairement à ses affirmations.

Techniquement, l’éternuement est une manière de se nettoyer le nez, de se libérer d’obstructions qui bloquent les narines. Il peut résulter d’allergies – au pollen, aux poils de chat, par exemple -, à certains médicaments, à des parfums trop lourds, à la poussière, au poivre, à l’exposition soudaine à la lumière du soleil.

On recommande à l’éternueur de se couvrir la bouche afin de ne pas répandre ses postillons alentour. Il semble que le nuage gazeux soit en mesure de se disséminer à plusieurs mètres.

1200px-Sneeze.jpg

Peut-on agir pour l’empêcher ? On me disait dans mon enfance que lorsque je sentais le chatouillement indicateur, je devais me frotter les ailes du nez pour interrompre le processus. Cependant l’explosion nasale survient parfois si inopinément qu’on ne peut se prémunir.

Il y a aussi des éternueurs compulsifs. Pendant quelques années, un de mes voisins appartenait à cette espèce. La nuit, lorsque les bruits se répercutent sans barrières, j’entendais ses éruptions nasales à répétition et je me mettais à compter. Après treize, le silence revenait.

                                                       Plaisir

Un autre aspect de la thèse du chercheur de Chicago concerne ce qu'il considère comme l’élément sexuel de l’éternuement. On pourrait y trouver un plaisir quasi orgasmique. Il existerait un orgasme nasal. Il est vrai qu’il est jouissif de se laisser aller à un éternuement sans contraintes, une sorte de "rhinonanisme", si j’ose dire.

La plupart du temps, il faut se réprimer afin de ne pas déranger autrui. Il est presque aussi malséant d’éternuer la bouche ouverte que d’injurier quelqu’un.

Mais l'éternuement peut aussi entraîner un échange sympathique lorsque quelqu'un enchaîne avec un joyeux "A vos souhaits!"

Selon une expression française, « lorsque Pierre éternue, Paul s’enrhume ». C'est-à-dire que le moindre ennui chez l’un provoque de graves inconvénients chez l’autre. J’ai trouvé cette formule dans le Dictionnaire d’expressions et locutions d’Alain Rey et Sophie Chantreau (Les Usuels du Robert, 1997).

                                                    Mort

J’y ai aussi puisé une autre citation, tirée de " L’Insurgé " de Jules Vallès : « Danton, avant d’éternuer dans le son, déclara qu’il regrettait la vie, ayant bien soiffé avec les buveurs, bien riboté avec les filles ».

Eternuer dans le son, dans le sac ou dans la sciure signifie mourir la tête tranchée.

Autrement dit, l’éternuement pourrait être proche de la mort. Cela se vérifie quand un automobiliste perd le contrôle de sa voiture au moment où il éternue. Car il ne peut s’empêcher de fermer les yeux. Or fermer les yeux est un signe de la mort.

 

Saison des éternuements, saison de mort, saison de la Toussaint.

04:09 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pour reprendre Vallès, gageons que tous ceux que Danton avait confiés à la sollicitude de Fouquier-Tinville et voués au massicot national, avaient sûrement grand regret de quitter la vie, bamboches et ribotes all inclusive...

Écrit par : Gislebert | 05/11/2018

Répondre à ce commentaire

Un commentaire concernant votre billet précédent "Les coulisses du droit", bloqué (erreur d'envoi). Vraiment HS sur ce billet, désolé.

Ne croyez pas que je cherche à monopoliser votre blog, mais il se trouve que je vis épisodiquement depuis quelques années dans le XVIIe, près du Parc des Batignolles. Nous avons vu « pousser » le bâtiment du Palais de Justice en moins de temps qu’il n’en faut chez nous pour déposer une initiative populaire...

A l’origine, les terrains appartenaient à la Sncf, une vaste friche avec des hangars. Ils étaient destinés à abriter le village olympique au début des années 2000, quand Paris, jamais en retard quand il s’agit de creuser les déficits, pensait obtenir le Jeux olympiques de 2012. Las, la perfide Albion lui brûla la politesse et c’est Londres qui décrocha la timbale. Depuis, Paris s’est rattrapée et obtenu les Jeux de 2024 : budget évidemment olympien, sans avoir un fifrelin en caisse, l’endettement ne risque pas de se résorber, les lutétiens en sont déjà tout réjouis…

Toujours est-il qu’à la suite de l’échec de la candidature 2012, il a été décidé de réaménager la friche, d’y construire un groupement d’immeubles (vu le standinge, pas trop sociaux…), un parc de loisirs pour les mômes (M.L. King) où les Français dits de souche et d’importation plus récente (Clichy jouxte) se côtoient, à défaut de se mélanger, et le fameux Palais de Justice dont vous parlez, vieux projet qui a fini par sortir de terre en 2015, malgré quelques tentatives de blocages procéduriers de la part de ces Messieurs-Dames de la basoche, qui considéraient ce déménagement aux abords du périph’ comme un déclassement… Evidemment, on est loin des grilles dorées du Palais historique de la Cité. Ce dernier va conserver les cours d’assises, de cassation et d’appel. Peut-être pourrait-on suggérer la création, dans une aile laissée vacante, d’un musée sur les erreurs judiciaires, mais l’on sait le monde du droit, comme d’ailleurs celui de la médecine, peu porté sur l’autocritique…

Votre billet donne envie de voir le film et c'est bien l'essentiel.

Écrit par : Gislebert | 05/11/2018

Répondre à ce commentaire

Pour les personnes intéressées, voici le moyen de contacter le Dr. Hirsch, ainsi que son adresse email:

http://www.smellandtaste.org/Loss-of-Sense-of-Smell-Contact-Chicago-IL.html

son institut se trouve au centre ville entre le lac et Michigan avenue, mais je doute que beaucoup de lecteurs résident à Chicago!

Écrit par : J.M. | 08/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.