Maurice Denis, le prophète (13/03/2021)

Pour la réouverture des musées, nos voisins vaudois ont tiré un superbe feu d’artifice. A Lausanne, Pully et Vevey, nous en avons plein les yeux.

Dans toutes ces merveilles, je choisis aujourd’hui l’exposition consacrée à la jeunesse de Maurice Denis au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, tout en signalant en fin de chronique les autres propositions auxquelles je reviendrai peut-être ultérieurement.

Maurice Denis (1870-1943), le fondateur du groupe des Nabis, génération qui a suivi celle des impressionnistes, est méconnu, me semble-t-il. Voici une manière totalement réussie de lui rendre hommage.

 

Denis p.JPG

Portrait de l'artiste sous les arbres, 1891 (Coll. particulière) Photo Olivier Goulet

Les Nabis sont d’ailleurs  choyés au MCAL, où le restaurant s’appelle le Nabi, plus précisément en honneur de Vallotton, Nabi tardif, dont il possède une riche collection. Rappelons que Nabis signifie prophètes en hébreu. On voit là d’emblée une portée religieuse, que Denis, profondément croyant, accentuera après la guerre de 14-18 et la mort de Marthe, sa femme très aimée.

Si l’exposition porte le titre « Maurice Denis. Amour », c’est à l’artiste qu’on le doit : « La première période de ma peinture, c’est l’amour », a-t-il écrit à la fin de sa vie. Les œuvres présentées couvrent les années jusqu’en 1914, date à laquelle il s’installe à Saint-Germain-en-Laye dans un bâtiment du 17e siècle,  baptisé Le Prieuré, où il vivra jusqu’à sa mort et qui est devenu le Musée départemental  Maurice Denis (en rénovation, il devrait rouvrir en avril 2021).

A vingt-trois ans, il épouse Marthe,  avec qui il aura huit enfants, dont deux ne survivront pas. Leur voyage de noces a lieu à Perros-Guirec, un port breton qu’il aime et qui lui a inspiré plusieurs  toiles.

Influencé par ses nombreux voyages et ses amitiés artistiques, Maurice Denis crée un style personnel, marqué par le sens des couleurs et de la décoration, la variété des supports et des formats, le symbolisme et le classicisme.  L’artiste écrit volontiers ; il rédige des textes théoriques  et il a tenu un journal intime toute sa vie, édité après sa mort.

Ses valeurs sont souvent représentées dans des paysages. Il se promène volontiers dans les bois : « le nabi s’esseule dans la forêt déserte. Il commande aux feuilles de s’enrythmer selon ses désirs », note-t-il dans son journal.

Denis pins.JPG

Pins à Loctudy, 1894 (Coll. particulière)

Son épouse apparaît dans de nombreux tableaux. C’est elle qui incarne les neuf muses. Une dixième femme, dans le fond, de dos, symbolise l’élévation de l’âme.

Dans la seconde partie de sa vie, Maurice Denis fondera les Ateliers d’art sacré. Genève en bénéficiera. Il fut le conseiller artistique de l’église de Saint-Paul à Grange-Canal où une immense toile en demi-cercle décore l’abside. Peint pendant la guerre dans son atelier, Saint Paul prêchant est installé définitivement en 1923. A gauche, la conversion de Paul et à droite son martyre.

Denis St Paul 1.JPG

Saint Paul, au centre de l'abside

Une mosaïque, Le sacrement de Jésus,  surplombe le baptistère. Plusieurs cartons ont été réalisés en vitraux.

Denis bapteme.JPG

On peut aussi trouver une œuvre de Maurice Denis dans le bâtiment occupé actuellement par l’Organisation mondiale du commerce. Elle avait été commandée par la Confédération internationale des syndicats chrétiens pour le Bureau international du travail : Dignité du travail orne l’escalier principal et témoigne de ses préoccupations sociales.

 

Maurice Denis. Amour est visible au Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne, jusqu’au 16 mai 2021.

Dans le même musée,  une spectaculaire exposition de sculpture, Matières en lumière, sculptures de Rodin à Louise Bourgeois rassemble dans une seule halle une soixantaine  d’œuvres du 20e siècle. Jusqu’au 16 mai également.

Le Musée Jenisch à Vevey a réuni des estampes de deux grands graveurs d’exception : Durer et Rembrandt, la collection Pierre Decker, jusqu’au 30 mai 2021.

Au même musée, encore quelques jours pour découvrir Marguerite Burnat-Provins (1872-1952), une artiste française polymorphe qui brilla dans la peinture, l’écriture, l’enseignement, le journalisme. Mariée à l’architecte valaisan Adolphe Burnat, elle a fait la connaissance du peintre Ernest Biéler qui l’influencera et l’aidera à s’épanouir. Jusqu’au 11 avril 2021.

Le Musée de Pully propose un beau choix d’œuvres abstraites appartenant à la collection Gandur : Calder, Soulages, Vasarely, abstractions plurielles, 1950-1980, jusqu’au 21 novembre 2021.

La Fondation de l’Hermitage à Lausanne présente la collection Bemberg habituellement logée dans l’hôtel Assézat à Toulouse, actuellement en rénovation : plus de 130 tableaux et dessins des plus grands artistes européens, du 16e au 20e siècle. Jusqu’au 30 mai 2021.

Chaplin's World à Corseaux sur Vevey célèbre les 80 ans du film Le Dictateur. Jusqu'au 29 août 2021.

14:54 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |