Balade des Nations (19/07/2021)

Lorsque j’écrivais ma chronique sur l’eau, il y a une dizaine de jours, je n’imaginais pas que les flots allaient inonder nos contrées et semer la mort. En parlant du soleil aujourd’hui, j’espère qu’il ne va pas brûler nos têtes et enflammer nos forêts.

Après la pluie le beau temps, dit-on. Allons donc nous promener. La Tribune de Genève nous propose souvent des randonnées dans les environs. A mon tour, je vais vous emmener pour une petite balade. 

On reste dans la Ville de Genève ou plus exactement dans le quartier des organisations internationales. En pénétrant par le chemin du Pommier dans une voie d’accès du Bureau international du travail, on découvre un parc verdoyant.

BIT promenade.JPG

Il est ponctué ça et là par des sculptures qu’ont offertes des pays ou des individus. Le symbole du travail effectué par l’être humain face aux éléments a été présenté par l’Inde. L’homme à peine vêtu, aux muscles saillants, cherche à rouler une pierre, tel un Sisyphe des temps modernes.

Sysiphe.JPG

Dans les années 1925, aux débuts du BIT, installé alors au bord du lac, la Belgique avait apporté sa contribution avec Le puddleur au repos, un des nombreux exemplaires de ce bronze de 1885, de Constantin Meunier, un artiste qui a puisé son inspiration auprès de la population minière. Le puddleur, un des métiers de la mine, se dresse maintenant dans un cadre paisible.

puddler.JPG

La Bulgarie a envoyé une statue féminine d'une grande dignité.

sculpt bulgare.JPG

Un arbre pleureur rappelle la mémoire du chancelier allemand Helmut Schmidt, tandis qu’au pied d’un autre arbre imposant, un écriteau indique : « Offert par les amis de Jerry Starr 1942-1989 ». J’ai cherché en vain qui était ce personnage.

arbre Starr.JPG

On descend de la colline, on traverse le parc du Musée Ariana, et l’on rejoint finalement la place des Nations. Tout en regardant des enfants s’ébrouer sous les petits jets d’eau, j’ai rêvé à ce que ce lieu pourrait devenir si le projet de la Cité de la musique avait été accepté par les citoyens de la Ville de Genève.

jet d'eau gosse.JPG

Il apporterait une animation différente de celle des militants de tous bords autour de la chaise bancale de Daniel Berset. Toute la population genevoise aurait  quotidiennement accès au bâtiment, qui offrirait des lieux de rencontre, non seulement dans les salles de concerts, mais au restaurant, à la cafétéria, à la bibliothèque. En outre, le parc d’un hectare, actuellement privé, appartenant aux Nations Unies, serait réaménagé et ouvert au public.

Bref, je ne vais pas refaire le descriptif des promoteurs. Mais je pense que la place des Nations pourrait devenir un espace accueillant et ajouterait une note artistique à un environnement majoritairement politique.

Fin de ma promenade active et rêvée.

P.S. Absente quelques jours, je ferme l’accès au guichet des commentaires. Et je vous souhaite d’agréables vacances.

 

17:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |